+32497 28 85 16 hello@palabright.com

Réseaux Sociaux : Sommes-nous encore LIBRES ? – Partager C’est Sympa

, ,
Réseaux Sociaux : Sommes-nous encore LIBRES ? – Partager C’est Sympa

L’auteur :

Une fois n’est pas coutume, c’est carrément un YouTuber qui s’est intéressé à la relation compliquée que nous entretenons avec les écrans. Cela vient de Partager C’est Sympa, une chaine Youtube française engagée dans la lutte contre le changement climatique.

Le propos :

Vincent commence par interroger les internautes sur le temps qu’ils aimeraient passer idéalement sur leur smartphone, et le temps qu’ils y passent réellement. Pourquoi y a-t-il un écart entre l’idéal et la pratique ? C’est là que l’addiction entre en jeu. Qu’avons-nous gagné à passer autant de temps devant nos écrans ? Plus important encore, qu’avons-nous perdu ? Il le résume en 3 choses :

  1. L’accès au réel, autrement dit, la réalité à laquelle nous confrontent les réseaux sociaux; une réalité personnalisée, tronquée, construite par nos données pour en récolter davantage. Avec comme objectif final, de pouvoir nous influencer en nous exposant à des contenus sponsorisés ou commandés par un organisme payeur. Quelles conséquences politiques celà peut-il avoir, d’être chacun exposé à une réalité fabriquée ?
  2. L’ennui. Les études en neuroscience montrent que notre activité cérébrale ne baisse que de 5% lorsqu’on s’ennuie. Notre cerveau cherche à se stimuler. Il y a même des parties du cerveau qui sont en suractivité. L’ennui est nécessaire, or les écrans nous sursollicitent.
  3. Le libre arbitre. Le smartphone peut-il est considérer comme un bête outil au même titre qu’un vélo ? A l’heure actuelle, pas vraiment. Trois dimensions le distingue du vélo : l’utilité vs la possession, la transparence vs la boite noire et le passif vs l’actif.

Enfin, que gagne-t-on à se “désintoxiquer” de son smartphone ? On vous laisse regarder la vidéo pour le découvrir :o)

Notre avis :

Partager C’est Sympa a réussi à résumer et à superbement bien structurer une réalité complexe en une quinzaine de minutes. Conscient de ses contradictions et des travers de la surexposition aux écrans, il traite le sujet avec honnêteté et transparence. D’ailleurs, la chaine PCS a fait une pause de 4 mois peu de temps après la publication de cette vidéo et à la remise en question qu’elle leur a provoqué.

Extraits :

“Je suis un hamster dans une roue. J’ai fait tourner la roue sans rien changer à la cage.”

“Le web est une réalité fabriquée selon nos likes, nos photos, nos commentaires. Nous sommes grâce à ceux-ci ciblés, ciblés grâce à tout ce que les réseaux sociaux savent de nous. Nous changer, voilà, le produit.

N’importe qui peut rien que par Facebook mettre propagande, info ou intox devant les yeux de plus d’un tiers de tous les adultes du monde, plus de la ½ des humains entre 18 et 34 ans.

L’ennui est à l’industrie de l’attention ce que le pétrole est à notre société : une ressource dont l’extraction et la consommation génèrent toutes les richesses.

Pour aller plus loin :

La vidéo cite La Quadrature du Net, une (précieuse !) association française qui milite pour un Internet libre, décentralisé et émancipateur et qui questionne la façon dont le numérique et la société s’influencent mutuellement.